Gestion / Valorisation des déchets

 BTP : l’éco-exemplarité en ligne d’horizon pour 2020

La Loi sur la transition énergétique et la croissance verte a fixé des objectifs ambitieux qui visent notamment les grands chantiers routiers.
Ces objectifs, intégrés à toutes les commandes publiques, doivent leur permettre d’être en ordre de marche pour 2020. A l’échelle des grands chantiers c’est presque demain.
Une exemplarité
à plusieurs niveaux
La LETCV a fixé des exigences et posé les jalons de leur évaluation et suivi :
  • D’ici 2020, au moins 70 % des matières et déchets produits sur les chantiers routiers doivent être réemployés ou orientés vers le recyclage ou les autres formes de valorisation matière ;
  • Tout appel d’offre publié pour la construction ou l’entretien routier se doit d’intégrer une exigence de priorité à l’utilisation des matériaux issus du réemploi, de la réutilisation ou du recyclage de déchets ;
  • Des obligations de justification annuelle des matériaux utilisés dans leurs chantiers de construction routiers sont issus du réemploi, de la réutilisation ou du recyclage de déchets, en termes de pourcentage utilisés, globalement et par types de couches de chaussées, seront à produire (avec 2 points de passage : 2017 et 2020).
Les chiffres-clés
connus
Une étude menée en 2010 par le Ministère de l’écologie en 2010 a fait ressortir un gisement de déchets du BTP de 260 Millions de tonnes, dont 221 pour les Travaux publics.
Ces 221 Mt se répartissent en 3 catégories :
  • 215,7 Mt de déchets inertes,
  • 3,3 Mt de déchets non dangereux,
  • 1,9 Mt de déchets dangereux.
Que deviennent
ces déchets ?
Une grande partie des déchets inertes est recyclée comme matériaux de construction de Travaux publics (remblais, assises de chaussées, …) ou bien valorisée dans le cadre de réaménagement de carrières.
Les bétons de démolition du BTP sont recyclés sous forme de granulats.
Les agrégats d’enrobés issus des réfections et entretiens de chaussées sont recyclés dans la fabrication de nouveaux produits bitumineux à usage routier.
Les déchets non dangereux du BTP sont globalement peu valorisés (hormis les métaux), même si des filières existent pour des flux spécifiques comme le bois ou le PVC.
Les déchets dangereux suivent les filières classiques pour le traitement de ce type de déchet.

Télécharger la fiche technique « déchets des travaux publics » (pdf)

< Retour à l'accueil

Informations diffusées gratuitement par voie électronique :
©ADEME Bretagne, 33 boulevard Solférino, CS41217, 35012 Rennes cedex