Repères / Chiffres-clés

 Résultats de l’enquête de l’ADEME sur la collecte des déchets par le service public.

Les bio-déchets
des ménages
Le gisement est estimé à environ 18 M tonnes par an, avec les caractéristiques suivantes :
  • 5,1 M tonnes dont essentiellement des déchets verts (12% de déchets alimentaires et 88 % de déchets verts), sont gérés à domicile, notamment par paillage, compostage, alimentation animale (Enquête nationale gestion domestique 2008 chiffres actualisés) ;
  • 3,8 M tonnes de déchets verts sont collectées en déchèterie (Enquête collecte 2013) ;
  • 1,13 M tonnes sont collectées en porte-à-porte, mais les collectes de déchets verts seuls représentent 97 % du tonnage total (plus de 500 collectivités concernées) (Enquête collecte 2013). Celles des déchets alimentaires (avec ou sans déchets verts et/ou papiers cartons) restent marginales.
  • les bio-déchets (déchets alimentaires et déchets verts) représentent encore environ 40 % des ordures ménagères résiduelles (MODECOM 2007 avec ventilation des fines < 20 mm) soit un gisement de près de 8 M tonnes, essentiellement de déchets alimentaires.
En Bretagne, 550 000 tonnes de déchets verts ont été collectées en 2014 (à comparer aux 712 000 t d’OMR).
La collecte séparée
des bio-déchets
Selon l’Enquête collecte de l’ADEME de 2014, la collecte séparée des bio-déchets des ménages (déchets alimentaires avec ou sans déchets de jardin) en porte-à-porte ne concernait que 7 % de la population française, soit environ 222 239 tonnes collectées auprès de 4,6 millions d’habitants.
Ce type de collecte est pratiqué par environ 120 collectivités en France, avec une répartition de ¼ de collectivités pour la collecte de déchets alimentaires uniquement et ¾ pour la collecte « en mélange » de déchets alimentaires avec les déchets verts. La collecte séparée des bio-déchets devrait toutefois progresser d’ici 2025 avec la généralisation du tri à la source des bio-déchets.

En Bretagne 2 collectivités collectent les bio-déchets (déchets alimentaires) en Porte à Porte représentant 10 000 tonnes/ an : Lorient Agglomération et Smictom Pays de Vilaine.

Rappelons que cette collecte séparée est un des objectifs affichés de la LTECV (celle-ci prévoit la généralisation du tri à la source des déchets organiques pour tous les producteurs de déchets d'ici 2025).
Estimation du gisement
des autres déchets organiques (DO)
Étude de préfiguration d’une obligation de tri à la source pour les gros producteurs de bio-déchets – 2010 – Girus/rudologia/ADEME

21,1 Millions de tonnes de DO (hors déchets de l’agriculture et de la sylviculture), dont :
  • Déchets verts de collectivités -> 1 million de tonnes
  • Boues de STEP -> 9 millions de tonnes
  • Marchés -> 0,4 million de tonnes
  • Déchets verts des Entreprises -> 3,2 millions de tonnes
  • Commerces alimentaires -> 0,8 million de tonnes
  • Restauration -> 1,1 million de tonnes
  • IAA -> 3 millions de tonnes
  • Papetiers -> 1,8 millions de tonnes
Effluents agricoles 183 millions de tonnes au niveau national --> 32 millions de tonnes en 2009 en Bretagne
Gaspillage
alimentaire en France
  • 10 millions de tonnes de produits destinés à l'alimentation humaines sont perdues et gaspillées par an en France.

  • 16 milliards d’euros c’est la valeur commerciale théorique des pertes et gaspillages.

  • 15,3 millions de tonnes équivalent CO2 : évaluation de l’impact carbone des pertes et gaspillages, soit 3 % de l’ensemble des émissions de l’activité nationale.


< Retour à l'accueil

Informations diffusées gratuitement par voie électronique :
©ADEME Bretagne, 33 boulevard Solférino, CS41217, 35012 Rennes cedex