Production Durable

 Des " entreprises témoins " calculent
le coût complet de leurs déchets

La situation de crise économique combinée à la hausse des matières premières incite les entreprises à chercher une efficience qui se répercute sur l’ensemble de leurs postes de coûts. Grâce à une nouvelle méthode de comptabilité, introduite en 2011, des « entreprises témoins » sur le territoire national déterminent le coût complet de leurs déchets. Leurs constats avant de définir les actions prioritaires ne sont pas sans surprise.

 

LA RÉDUCTION DES DÉCHETS, SOURCE DE COMPÉTITIVITÉ L’expérimentation « 50 entreprises témoins » initiée par l’ADEME en 2011, montre que la réduction des déchets était un facteur de compétitivité. Les actions de réduction mises en œuvre pendant un an ont permis à 40 entreprises de réaliser une économie totale pérenne de 1,5 M€.
La démonstration a été faite aussi que 80% de l’économie générée l’était par la réduction ou le recyclage de matière ou d’emballage en amont de la phase de production du déchet.
LA MÉTHODE MFCA POUR CALCULER
LE COÛT RÉEL DES DÉCHETS
La méthode MCFA (Material Flow Cost Accounting) est un procédé de comptabilité analytique des flux de matières qui permet de déterminer ce coût réel des déchets, aussi appelé coût complet.
Cette méthode prend en compte les coûts des pertes matières (matières achetées mais non intégrées dans le produit final) et le coût de leur transformation au sein de l’entreprise (énergie, main-d’œuvre).
Dix entreprises du territoire national, dont 3 en Bretagne, ont accepté d’utiliser cette méthode définie dans la norme ISO 14051, dans le cadre d’un appel à candidatures « calcul du vrai coût des déchets ».
Forgital dembiermont Soficor mader franpac penny calligraphy print bijou valeo delfingen cmc malongo imprimerie de rudder
LES CONSTATS
DES 10 ENTREPRISES
Contrairement à leurs présomptions, la méthode MFCA révèle que c’est le coût de production des déchets qui est de loin le plus important : il est de 3 à 181 fois supérieur à la facture de gestion des déchets.
A contrario l’éventuelle recette liée au recyclage est 5 à 10 fois inférieure à ce coût de production des déchets.
Rapportés au coût de production total des produits, les déchets représentent 20 à 40%. Au final les entreprises constatent que l’enjeu principal se situe « avant la benne » et en conséquence les étapes du process sur lesquelles elles doivent agir en priorité ne sont pas celles qu’elles croyaient. Pour télécharger les résultats d’une entreprise, cliquez son nom sur la carte
COMMENT METTRE EN ŒUVRE LA MÉTHODE MFCA DANS UNE ENTREPRISE OU ORGANISATION ? Une condition incontournable pour assurer l’adhésion et la participation de tous : la démarche doit être portée par la Direction. Elle doit aussi être le plus transversale possible et associer différentes fonctions et services telles que Production, Achats, Comptabilité et Hygiène-Sécurité-Environnement.
Un chargé de projet doit être clairement identifié en tant que garant de la méthode et coordinateur de la collecte des informations et données auprès des différentes fonctions. Il doit être familiarisé avec la norme ISO 14051.
En moyenne, et selon la complexité des process, la charge de travail inhérente à la méthode MFCA est estimée à 6 jours par an, répartis entre le chargé de projet et ses correspondants.
L’ADEME VOUS CONSEILLE AUSSI • Si vous êtes en situation de conseiller des entreprises ou organisations qui quantifient déjà leurs pertes matière et qui auraient intérêt à mettre en œuvre la méthode MFCA, consultez 10 méthodologies d'actions qui associent efficience économique et utilisation des ressources : Télécharger ici
• Des exemples français et internationaux de partenariats BtoB qui ont favorisé la réduction et le recyclage à la source des déchets dans les entreprises : Télécharger ici

< Retour à l'accueil

Informations diffusées gratuitement par voie électronique :
©ADEME Bretagne, 33 boulevard Solférino, CS41217, 35012 Rennes cedex